L’Observatoire International du Bonheur (OIB) dont l’objectif principal est de placer au centre de la réflexion le bonheur et les valeurs fondamentales d’humanité, a le plaisir de lancer le 1er appel à contributions pour la Revue Juridique du Bonheur.

La Revue Juridique du Bonheur

Le droit au/du bonheur émerge progressivement dans le paysage juridique, que ce soit au niveau international ou dans les droits nationaux. Formulé expressément ou sous d’autres vocables, ce droit émergent transparait dans nombre d’évolutions conventionnelles, constitutionnelles ou législatives.

De la mutation des indicateurs économiques à la reconnaissance pleine et entière d’un droit au bien-être, souvent lié à la notion de développement durable, la naissance de ce droit bouscule les traditions juridiques souvent ancrées dans des logiques de croissance économique. Il laisse entrevoir la prévalence de nouvelles priorités telles que le bien-être, l’équité sociale, la solidarité, les droits des générations futures ou encore la dignité humaine.

Dans ce cadre, la création d’une revue juridique dédiée au droit et au bonheur apparait comme le moyen de diffuser des solutions novatrices formulées par les instances internationales, nationales ou locales de par le monde, que ce soit par la voie réglementaire, législative, constitutionnelle, jurisprudentielle, coutumière ou encore sous la forme d’outils de soft law.

La démarche sous-jacente à cette revue vise à inscrire le droit au/du bonheur dans le paysage scientifique pour en accréditer sa réalité et sa légitimité, pour témoigner de sa vitalité et de l’aspiration des sociétés contemporaines à exprimer une volonté de renouveler la perception du monde.

Le bonheur n’ayant pas de frontière, il y a lieu d’entendre largement le champ géographique de la revue. Les propositions d’articles pourront donc porter sur toute norme ou politique, que celle-ci émane d’une organisation internationale ou régionale, d’un Etat, d’une collectivité territoriale, d’autorités coutumières, voire même de personnes privées (entreprises, associations, ONG…). En effet, la décentralisation de la prise de décision s’inscrit totalement dans la démarche participative, qui constitue un vecteur parmi d’autres de l’édiction de règles privilégiant le bonheur.

On le comprend, la revue juridique du bonheur a donc vocation à démontrer que la science juridique prend une part pleine et entière dans la recherche du bonheur et ce dans bien des branches du droit. En effet, ce droit doit être considéré comme un droit transversal qui dresse des ponts entre le droit privé et le droit public vers une finalité commune. Des démarches juridiques en faveur du bonheur peuvent en effet naître dans bien des domaines appartenant au droit privé (droit civil, droit du travail, droit de la sécurité sociale, droit des sociétés, droit rural…) qu’au droit public (droits fondamentaux, droit constitutionnel, droit des finances publiques, droit de l’environnement, droit de l’urbanisme…). La revue pourra donc accueillir des contributions qui proviendront de domaines variés.

Il y a par ailleurs lieu de souligner qu’il n’existe a priori aucune revue juridique entièrement consacrée au droit au bonheur, que ce soit en langue française ou en langue anglais ou espagnole, faisant de la revue du droit au bonheur une revue novatrice et précurseuse.

Ce constat conduit à considérer qu’il semble pertinent de ne pas limiter les articles à la langue française. C’est pourquoi il parait opportun d’opter pour le bilinguisme (français/anglais) de la revue. Des articles en espagnol pourront également être acceptés.

Comité de rédaction de la revue

Sont membres du comité de rédaction de la Revue Juridique du Bonheur : 

  • Annoussamy David, juge honoraire (Inde), Membre de l’Académie des sciences d’Outremer (France)

  • Eric Naim Gesbert, Professeur, Université de Toulouse 1 Capitole

  • Félicien Lemaire, Professeur, Université d’Angers

  • Barthélémy Mercadal, Professeur Emérite, Agrégé des Facultés de droit, Vice-président-Secrétaire général de l’IDEF

  • Isabella Micali Drossos, Avocate au barreau de Sao Paulo

  • Guylène Nicolas, Maitre de conférences HDR, Aix Marseille Université

  • Michel Prieur, Professeur Emérite, Université de Limoges

  • Bruno Py, Professeur, Université de Nancy

  • Kishor Uprety, Senior Lawyer, Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures

Propositions de contribution

La Revue Juridique du Bonheur a vocation à accueillir toute proposition de publication liée au droit et au bonheur : contribution dans le cadre de dossiers thématiques, contribution sur thématique libre, retours d’expérience, chronique d’actualité législative et/ou jurisprudentielle. Il est également possible de signaler la parution d’ouvrages ou articles en lien avec le droit et le bonheur. Chercheurs et praticiens sont invités à soumettre leurs propositions au plus tard le 31 octobre 2018.

Ces propositions seront soumises à une évaluation anonymisée de deux rapporteurs membres du Conseil scientifique.

Pour soumettre une contribution, les consignes éditoriales sont indiquées dans le document joint au présent appel à contributions. Vous pouvez directement y accéder en cliquant ci-dessous.

Vos propositions sont à envoyer à Carine David, directrice de la rédaction, à l’adresse suivante : revuejuridiquedubonheur@oib-france.com

Recommandations aux auteurs

Première page :
  • La date de proposition de l’article ;
  •  Le titre du texte en français et en anglais ;
  • Un résumé en français et en anglais (500 à 800 signes espaces compris) ;
  • 5 à 10 mots clés en français et en anglais, identifiant le contenu de l’article ;
  • Les noms et prénoms (en entier) des auteurs et leurs coordonnées complètes.
Longueur des contributions :
  • Les contributions thématiques seront comprises entre 30 000 et 50 000 signes espaces compris, bibliographie et première page incluses.
  • Les chroniques d’actualité et les retours d’expérience comporteront entre 10 000 et 25000 signes espaces compris, bibliographie et première page incluses.
  • Les recensions seront comprises entre 5 000 et 10 000 signes espaces compris.
Format :
  • Le texte est transmis à la revue en format MSWord, police « Times New Roman », taille
  • 12, interligne 1,15. Retrait de 1ère ligne 1,25. Pas de saut de ligne entre les paragraphes mais espacement de 6 points entre chaque paragraphe.
  • Les appels de notes figurent dans le texte en exposant en numérotation continue et les notes sont placées en bas de la page concernée.
  • Les sigles, acronymes et abréviations sont explicités en toutes lettres dès la première occurrence.
  • Les majuscules sont accentuées : É, È, À,…
  • Le texte ne doit comporter aucun style, surlignage, caractère en gras, tabulation, espacement entre paragraphes, etc. Les pages ne sont pas numérotées.
  • Les subdivisions du texte suivent la numérotation internationale (1., 1.1., 1.1.1.,…).
Citations :
  • Les citations dans le corps du texte sont indiquées entre guillemets et en italique. Elles sont suivies, entre parenthèses, du nom de l’auteur, l’année de publication et le numéro de la page citée.

Actualités


Toutes les actualités